expos

Face à l'histoire

Face à l'histoire (2017)
Une exposition temporaire qui présente six tableaux répertoriés Musée Nationaux Récupération du Musée des beaux-arts de Dunkerque. Ce nouveau projet « Destination musée » met l’art face à son histoire, en établissant un parallèle entre ces œuvres spoliées et des tableaux d’artistes contemporains ayant souffert pendant la Seconde Guerre mondiale.

De par leur statut particulier, les œuvres MNR doivent être accueillies dans des musées de France. Ce label est attribué aux collections et structures dont les missions sont notamment de conserver, restaurer et enrichir leur fonds afin de permettre à tous un accès égal à la culture.

Le Musée des beaux-arts ayant fermé ses portes, c’est naturellement que le LAAC, second musée de France de Dunkerque et géré par la même équipe, s’est proposé pour accueillir sept des tableaux MNR de sa collection du 14 octobre 2017 au 25 mars 2018. Dans le cadre du projet Destination Musée,

cette institution mettant habituellement l’art contemporain à l’honneur propose d’observer et analyser deux sujets précis de la Seconde Guerre mondiale : les spoliations et l’utilisation de l’art comme moyen de propagande.

L’exposition "Face à l’Histoire" met en effet des oeuvres spoliées par les Nazis aux familles juives en parallèle avec des œuvres d’artistes juifs ou rejetés par l’idéologie hitlérienne, à l’instar de Zoran MUSIC, qui a réalisé une partie de son travail dans le camp de de Dachau. 

Face à l’Histoire rappelle que la propagande nazie passait par la promotion d’œuvres classiques, par leur style, leur thématique… et qui présentaient des personnages au profil aryen. Mais la propagande sert aussi à ridiculiser l’ennemi, et Hitler l’avait bien compris, lui qui abhorrait l’art contemporain.

En 1937, deux expositions sont présentées à Munich. La première proposait des pièces admirées par le dirigeant allemand, l’autre des tableaux représentatifs d’un art « dégénéré ». Le parallèle entre les deux expositions devait conduire à une négation de l’art contemporain, l’assimilant à la production de malades mentaux. 

En installant les MNR en face d’œuvres de sa propre collection, le LAAC propose de faire écho à cette sombre période, mais dans un but totalement opposé : le musée montre qu’au-delà des apparences, ces œuvres appartiennent à la même histoire et peuvent se retrouver autour de thématiques semblables. 

L’art ancien et l’art contemporain peuvent cohabiter ensemble."Face à l’Histoire" en fait une évidence. 

En parallèle, des films et documentaires seront projetés au LAAC pendant toute la durée de l’exposition, permettant à chacun d’approfondir ses réflexions sur le thème des restitutions des œuvres spoliées durant la Seconde Guerre mondiale.

Publié le 23/11/2017